Vous êtes ici

Artisanat et gastronomie

Savoir-faire et aimer goûter

 

Partir à la découverte des savoir-faire de montagne.
Dans nos massifs aussi, des passionnés proposent des objets conçus et fabriqués dans les règles de l’art, avec doigté et créativité. Des techniques parfois ancestrales côtoient les artisans de demain qui inventent de nouveaux produits à l’esprit montagne.
Alors, pourquoi ne pas partir pour un road-trip pour découvrir ces artisans et se faire une collection bigarrée de souvenirs uniques loin des standards du genre ? Suivez le guide.

Photo : Chevallot - Val d'Isère

Grandes familles d’artisans de montagne

Depuis 1965, la famille Chevallot est installée à Val d’Isère. Elu Meilleur Ouvrier de France en pâtisserie en 1993, Patrick Chevallot perpétue le savoir-faire de sa famille. Impossible de venir à Val d’Isère sans se rendre dans l’une de ses deux boutiques : la première est située sur l’avenue Olympique, et la seconde en plein cœur du village. Sur place on y savoure la patte d’ours, le gâteau de Savoie, la tarte aux myrtilles ou tout simplement un chocolat chaud gourmand fait maison.

La famille Grosset-Grange à Flumet : Boucherie Charcuterie Saveurs des Alpes. 
3 générations de savoir-faire : Hubert, Roger et maintenant Jean-Christophe Grosset-Grange, ont conservé une technique de fabrication traditionnelle de la Charcuterie de Montagne.
C’est Hubert et Ernestine Grosset qui en 1933 quittent leur métier d’agriculteurs pour ouvrir une Boucherie - Charcuterie - Restaurant au Bourg de Flumet. Ils effectueront également des tournées dans les villages environnants pour approvisionner les habitants du Val d’Arly.
C’est ensuite Roger et Michelle Grosset qui en 1969 reprennent la Boucherie - Charcuterie, toujours à Flumet, mais en changeant d’emplacement. Ils dévelloperont la charcuterie. Et pour finir, Jean-Christophe Grosset reprend le flambeau en 2004 avec le savoir faire des deux générations précédentes. Il lui suffira de suivre les recettes d’antan tout en étoffant le choix des produits.

Originaire de Risoul, André qu’on surnomme « Kinou » est un véritable passionné d’arboriculture. Revenu vivre à Risoul après ses études il y a maintenant plus de 25 ans, il a reprit le flambeau de ses parents, de ses grands-parents ainsi que de ses arrières grands-parents…La pomme de Risoul, une véritable histoire de famille ! Kinou produit chaque année entre 18 à 20 tonnes de pommes. Une toute petite production qu’il réalise de A à Z de la confection des portes greffes à la cueillette. Il a même installé un pressoir dans une remise pour ses jus de pomme. La Pomme de Risoul : Une variété de pomme locale et très ancienne, très acide à la récolte mais qui en raison de son acidité se conserve en fruitière. Elle peut être consommée jusqu’au printemps suivant la récolte. C’est une variété de pomme qui se prête bien à la cuisson et elle est de bonne qualité pour la préparation de la gelée. Les vergers se situent jusqu’à 1300m d’altitude et ne sont pas tous très entretenus mais quelques agriculteurs ont décidé de faire du jus de fruit à base de pomme de Risoul. Ce jus est vendu directement à l’exploitation ou dans les marchés locaux. Chaque automne, une journée lui est dédiée, tout est organisé autour du thème de la pomme. On retrouve des ateliers pour les enfants, de l’initiation à la taille et au greffage de ces anciennes variétés de pommiers, repas à base de pommes, animations…